Connexion
Email :
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Envoyer

01 44 85 19 00

Clinique Nollet


01 42 26 49 00

Radio IRM Nollet




Chirurgie orthopédique
Rhumatologie

Arthroscopie
Médecine physique
Chirurgie du sport
Médecine du sport 

23 rue Brochant
75017 Paris

Métro: Brochant 
SNCF : Pont cardinet

contact@institutnollet.com
Pathologie
Articles les plus lus
Les derniers articles
La prothèse totale de hanche - PTH : pathologie en cause et indication opératoire
Par le Docteur BOHU Yoann, le Docteur HERMAN Serge, le 23/10/2017

La prothèse totale de hanche (PTH) : pathologie en cause et indication opératoire

 
La prothèse totale de hanche (PTH) : pathologie en cause et indication opératoire.
 

Principes généraux
Une prothèse totale de hanche est mise en place pour remplacer une articulation de la hanche malade. Différentes causes peuvent altérées le fonctionnement de celle-ci. Le but de cet article est d’expliquer les principes techniques et les enjeux de la mise en place d’une prothèse de hanche.
 
Quelles pathologies de la hanche peuvent être traitées par la mise en place d’une prothèse totale ?
La pathologie la plus fréquente est l’arthrose de hanche, appelée coxarthose. Elle peut être d’origine familiale, post traumatique, secondaire à une ostéonécrose de la hanche, une dysplasie ou dégénérative. Chez le sujet jeune, c’est à dire moins de 50 ans en chirurgie de la hanche, le conflit fémoro-acétabulaire du sujet sportif est une cause fréquemment retrouvée. Les fractures du col du fémur peuvent être traitées par la mise en place de prothèse totale de hanche et plus rarement, les arthrites de hanche d’origine inflammatoire (polyarthrite rhumatoïde) ou d’origine microcristalline (goutte).
 
Comment fait-on le diagnostic d’arthrose de hanche ?
Il s’agit d’un diagnostic clinique et radiologique. La douleur, la boiterie et la raideur sont les plaintes principales des patients. La douleur de hanche naît dans le pli de l’aine, ou dans la fesse, irradie vers le genou. Attention, il n’est pas rare que la douleur débute au genou. C’est une douleur qui augmente à la marche, lors de la montée des escaliers, sur terrain accidenté et lors du chaussage. Il faut la différencier d’une douleur qui provient du dos et irradie vers la cuisse ou bien d’une douleur du genou. Lors de l’examen physique, la douleur est retrouvée en flexion de hanche genou tourné vers l’autre jambe.
           
Les radiographies du bassin et de la hanche montrent des signes d’arthrose de l’articulation coxo-fémorale : ostéophytes, géodes sous chondrales, corps étranger ou pincement de l’articulation. Il peut être nécessaire de faire d’autres examens comme un arthroscanner pour identifier des lésions cartilagineuses ou labrales ou encore une IRM pour rechercher une ostéonécrose.
 
Quand doit-on de se faire opérer ?
Une prothèse de hanche est une intervention qui permet de faire disparaître les douleurs de hanche. Mais, il s’agit d’un acte définitif et irréversible. Et on attend un bénéfice fonctionnel et non vital.
 
Le facteur technique limitant principal est la durée de vie limitée d’une prothèse, aujourd’hui entre 15 et 25 ans. Cette durée varie avec l’âge du patient et l’activité du patient et le type d’implant. Une fois le diagnostic posé de coxarthrose, c’est le retentissement de la douleur, de la boiterie, qui, lorsqu’il devient un handicap, détermine le moment pour se faire opérer. En fait,chaque patient a une notion propre de son handicap et à radiographie égale, c’est à dire aspect d’arthrose égale, le ressenti est différent. Cette décision doit être prise après un délai de réflexion, suivant l’entretien avec son chirurgien.

Conflits d'intéréts : l'auteur ou les auteurs n'ont aucun conflits d'intéréts concernant les données diffusées dans cet article.
Articles les plus récents
Articles les plus lus